economie, finance, politique, société. un peu de serieux, tout en essayant d'être ouvert d'esprit et constructif

mardi 22 mai 2007

Commerce équitable local, une nouvelle économie locale est possible



Une des préoccupations de base de l’être humain est de se nourrir. Peut-être est-ce maintenant trop évident pour beaucoup d’entre nous. Peut-être que nos modes de vie nous ont éloigné de plus en plus de la production de nourriture et nous avons oublié d’ou viennent nos aliments. Nous avons en parti perdu ce lien direct avec la production de nourriture qui existait il n’y a pas si longtemps.

Est-ce le résultat de notre système économique capitaliste et libéral faisant la part belle aux profits. Est-ce la faute de la mondialisation… Peut-être est-ce aussi un peu notre faute.


Révolte contre la marchandisation


Dans notre monde mondialisé, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la main mise de grands groupes sur l’agriculture, la privatisation de l’eau et l’exploitation des paysans pauvres des pays en voie de développement. Sur ce sujet, J’ai lu deux articles sur AgoraVox à propos du film, ‘We Feed the Wolrd’ qui m’ont interpellés. Les responsables étaient les multinationales et la recherche du profit.

A côté de ces réactions, je voudrais développer l’idée que l’on peux par des actes simples combattre cette dérive capitalistique, sans rejeter l’idée de commerce. Au contraire en lui rendant tout son sens :
local. personnel. ‘durable’ (dans le sens développement durable)

Think Global, Act Local

Je relevais un commentaire à un de mes articles sur AgoraVox sur la mondialisation. Le Venezuela et Hugo Chavez était pris en exemple, je cite - son modèle de gauche passionnée, patriotique et populiste (dans le sens vrai et noble du terme) pourrait inspirer le monde entier – fin de citation.

Il est peut être louable de partir en croisade contre les multinationales. Un soulèvement, une prise de conscience de gauche est peut être en marche afin de sauver la planète. En attendant le grand soir, je trouve que la richesse des initiatives locales est source d’optimisme car, sans révolution, simplement, elles tissent un nouveau lien économique de proximité respectueux de l’homme et de son environnement. Un lien économique, social, à taille humaine.

Le challenge essentiel pour la planète est l’environnement.
J’ai déjà exprimé dans un post que je suis opposé au protectionnisme mais, l’autonomie alimentaire me semble essentielle. A la fois pour des raisons écologiques mais aussi pour garantir une certaine indépendance. Pour ces raisons, il faut aborder l’alimentation sur un plan de plus en plus local.

La bonne nouvelle est que de nombreuses solutions existent. On peut parler de commerce équitable local.

Abonnez vous aux fruits et légumes

Un exemple très répandu : les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP). L’idée est simple, produire et consommer localement. Ces associations permettent un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une ou plusieurs fermes. La vente est directe, pas d’intermédiaires. Le consommateur signe un contrat s’engageant à acheter un panier de fruit et légumes chaque semaine pendant une durée déterminée (6 mois par exemple). Le producteur s’engage à fournir chaque semaine ce panier et s’engage sur la qualité de production.
Les gains sont multiples

Gain sociaux :
- Il y a une personnalisation de la relation entre consommateur et producteur, souvent on peut visiter la ferme. Cela développe un lien social forcément local.
- Éducation en redonnant des notions de saisonnalités, en expliquant les modes de productions et ses aléas ou fluctuations.

Gains écologiques
- Production souvent bio, non extensive, respectueuse des saisons et des cycles naturels
- Production locale, peu de coûts de transport
- Peu d’emballages

Gains économiques
- Adéquation offre demande. Moins de gaspillage
- Prix équitable et revenu équitable pour le producteur.
- Pas de phénomènes de rapport de force avec un distributeur qui serrerait les marges du producteur pour mettre ses produits en rayon. Le paiement va directement du consommateur au producteur.
- Le producteur a une source de revenue stable et prévisible et peu planifier beaucoup plus aisément.

C’est donc un système intelligent et innovant, économiquement viable et écologiquement sain. C’est une forme de commerce équitable local. Peut être est ce peu face aux défis mondiaux, mais le dynamismes de ces initiatives est une source d’optimisme, a l’intérieur de notre système capitaliste peuvent émerger des solutions viables. Elles nous redonnent le pouvoir d’agir.

3 commentaires:

Jérémie a dit…

J'aime bien ton blog. En fait, c'est la premiére fois que je rencontre un internaute qui a une pensée aussi proche de la mienne (pourtant je me balade). je viens de commencer un blog il y a peu, alors je te mets l'adresse au cas ou cela t'interesserais (nouvelledonne.blog.lemonde.fr). Comme ça, si je me suis trompé et qu'en fait ta façon de voir le monde est à des kilometre de la mienne, tu me le diras.

Varga a dit…

Et si le commerce équitable n'était finalement qu'un mode marketing parmi les autres... ?

Anonyme a dit…

Parfaitement, il faut changer notre vision du monde. Personnellement, je choisis des produits alimentaires français et je préfère des fois payer un peu plus cher et acheter français. Un soir je disais à un niçois que je préférais payer de l'alcool en france et non en Italie, il m'a pris pour un fou. Mais je suis sûr d'être dans le vrai. Consommons les produits locaux et la terre s'en portera mieux...
L'environnement n'est pas assez pris au sérieux de nos jours et c'est lamentable. Je fais des efforts tous les jours alors que d'autres s'en foutent.
Merci pour tes débats.

 

View My Stats