economie, finance, politique, société. un peu de serieux, tout en essayant d'être ouvert d'esprit et constructif

jeudi 12 juin 2008

Croire en l'Homme...!

Une des choses qui distingue encore la droite de la gauche est cette croyance en l'Homme. Cette croyance que l'Homme peut être altruiste, aimer l'autre (j'allais écrire ‘son prochain’ mais je tombais déjà dans un paradoxe religieux que je ne souhaite pas développer !), souhaiter une égalité entre les Homme, une Fraternité.
'L'extrême gauche', les alter-mondialistes, les communistes... brefs toute cette gauche de la gauche est optimiste dans la capacité l'Homme à être meilleur, a penser a l'autre.
La droite au contraire est plutôt individualiste, pensant que les inégalités se gommeront d'elles même à condition que l'on augmente la part du gâteau.

Je suis plutôt optimiste, cette partie de la gauche qui rejette le modèle capitaliste a ma sympathie, car le fond est foncièrement bon, et ce malgré toute la démagogie, la simplification du discours.

Mais il y a quand même un paradoxe énorme. N'étant pas philosophe et étant assez peu cultivé dans ce domaine je ne sais pas s'il a été abordé en détail.
La droite qui est individualiste, est pour le laissez faire. La gauche, qui elle croit en l'Homme, est pour l'intervention... l'Homme est bon, oui mais il faut intervenir, il faut réguler, il faut contrôler car le laisser faire amène à l'exploitation, à l'inégalité...(!) Pourquoi donc ? Pourquoi ceux qui veulent un monde meilleur, un monde de partage, un mode d'entraide doivent ils envisager plus d'intervention, et parfois même pour les plus extrêmes, une révolution pour remettre les choses à plat.....
Peut être parce que l'Homme n'est tout simplement pas bon. Parce que l'homme est égoïste... aie... et m...e, moi qui avait un peu d'espoir dans l'humanité...
Il y a donc un paradoxe énorme. Pour avoir plus d'égalité, pour avoir plus de partage il faut intervenir, contrôler, brider les libertés individuelles.

Je crois en l'Homme, je pense que nous pouvons être bons, désintéressés, proche des autres, attentifs et prêt à aider. Nous en voyons des exemples tous les jours. Chez plus pauvres et les plus riches ont peut trouver des actes de compassions et d'altruisme, d'entraide.
Néanmoins nos comportements individuels sont aussi régis par notre égoïsme, par notre intérêt propre. Pourquoi ? parce que c'est notre nature, notre instinct qui nous font penser à nous, à nos proches. souvent aussi parce que nous ne pensons pas que nos actes individuels puissent avoir des conséquences globales. A quoi bon faire un effort si les autres ne le font pas ?

Chez cette gauche qui croit l'Homme on retrouve aussi le constat que l'Homme livré à lui-même n'est pas bon pour l'Homme et qu'il faut une puissance interventionniste pour le contraindre, pour mieux repartir les richesses.
C'est pourquoi je ne crois pas en cette gauche extrême, que je rejoints pourtant dans son discours humaniste. Elle fait fausse route. Je veux croire en l'Homme, mais aussi accepter son égoïsme inné, intrinsèque.
Je ne crois pas que quelques groupes de super riches égoïstes soient la raison de tous les maux et inégalités. Je ne crois pas aux simplifications démagogiques qui consistent a stigmatiser des groupes de profiteurs et d'exploitants. Je trouve trop réducteur ce discours manichéen, car il nie ce que nous sommes, collectivement. Notre société est (malheureusement?) à notre image. Cette simplification cache cette vérité plus complexe et crue et ne sert strictement à rien, ne permet pas de construire.

Paradoxe donc... mais c'est toute la beauté de l'humain. il n'y aura pas de révolution amenant un monde meilleur, pas de collectivisation des ressources et de la production pour le bien de tous. Nous avançons sur un chemin tordu, à l'aveugle, mais nous avançons. Nous devons rêver une société plus juste et plus libre et essayer de la mettre en place. Nous devons aussi accepter notre comportement égoïste, individuellement essayer de faire des efforts, collectivement s'engager pour influencer les autres.
Encore une fois, nous construisons un monde à notre image. Aussi repoussante ou belle que cette image puisse être, il est à notre image. Pour moi, croire en l'Homme ce n'est pas vouloir renverser le modèle actuel, c'est reconnaître que ce modèle laisse l'Homme libre, reconnaître que nous pouvons nous organiser autour d'états, d'institutions qui essayent de gommer les inégalités et de fournir des biens publics. C'est croire que dans ce cadre nous construisons, avec des hauts et des bas, un mode a notre image, et croire que ce monde sera meilleur.

Simpliste ? Oui, je ne suis pas philosophe et manque de profondeur dans mon analyse.

Naïf... peut être, certainement même, mais....n'est ce pas cela croire en l'Homme ?

1 commentaire:

Marianne a dit…

il faut INNOVER...en sommes nous encore capable?
là est la question

 

View My Stats